Sélectionner une page

La découverte de l’agroforesterie

J’ai découvert en pratique l’agroforesterie lors de mon expérience à Madagascar proche du petit village de Bekoratsaka dans le Nord Ouest de Madagascar.

L’agroforesterie consiste à créer une synergie associant des essences forestières et arboricoles avec des cultures maraîchère.

Le but étant de valoriser les bienfaits environnementaux que chaque essences apporte à son environnement et autres cultures afin d’optimiser les valeurs de rendements et d’apports écologiques.

Exemple d’apports bénéfiques aux cultures par l’agroforesterie :

Les arbres offrent un milieu ombragé et abrité des vents et permettent de préserver l’humidité environnant. Ce qui est très avantageux aux cultures maraichères étant habituellement cultivés dans des conditions arides.

Grâce à l’élagage régulier des arbres, les feuilles de ceux-ci peuvent être utilisées comme paillage selon les espèces sélectionnées. Ce paillage peut avoir des qualités de fertilisant et de préservation de l’humidité pour les racines des cultures maraichère.

Ceci permet de mêler le reboisement avec le maraîchage, l’agroforesterie est une technique innovante et notamment utilisée par beaucoup d’organismes dans le monde afin de développer des projets dans des zones en voie de désertification.

Ernst Gotsh, un modèle parfait alliant agriculture moderne et re-naturalisation de zones « mortes »

En lien en bas de page : une vidéo d’Ernst Gotsh qui est un pionnier dans le domaine de l’agroforesterie.

Il a reboisé de très grand espace au Brésil grâce à sa méthode qu’il a nommée l’agroforesterie syntropique. Un modèle qui m’a totalement conquis.

Ernst Gotsh est un ingénieur forestier Suisse mais malheureusement lors de ces premiers essais, il sera perçu avec incompréhension tant sa démarche n’était pas commune.

Avant-gardiste pour son époque, il est donc partit au Brésil afin de fournir des solutions adaptés aux besoins de zones oubliés et abandonnées par les paysans.

Leurs vidéo de présentation de l’agroforesterie syntropique pour la COP21 en est un véritable modèle efficient fournissant la preuve qu’un avenir agricole et forestier durable est réellement possible.

Les avantages que ce genres de pratiques peuvent avoir sur le cycle de l’eau et le sol :

– Restauration des point d’eau et des rivières en saison sèche.

– Conservation des nappes phréatiques

– Revitalisation des sols

– Retour spontané de la biodiversité de la faune et de la flore

Notre première mission agroforestière avec Ecoformation.

Plantation de 2000 Moringa oleifera dans un espace de culture de Khaya senegalensis / madagascariensis. Le khaya étant l’espèce forestière pionnière et le moringa lui est cultivé dessous sous formes de légumes feuille.

Deux techniques ont été utilisée, le semi-intensif et l’extensif, afin d’expérimenter plusieurs possibilités de résultat.

Loading cart ...