L’agroécologie forestière syntropique

N’hésitez pas à découvrir notre projet de jardin pilote “OASIS” à Madagascar avec l’Association locale MIFAMPITA

Pour un avenir durable et prospère

L’agriculture a été un tremplin pour la sédentarisation de l’Homme, mais aussi un cumul d’erreurs qui ont amené notre écosystème planétaire à s’atrophier.

Nous avons maintenant les bagages nécessaires de toutes les leçons issues des quatre coins de la planète et de toutes les cultures afin d’avoir une vision d’ensemble et ainsi pouvoir travailler avec la terre dans un équilibre juste et résilient.

Progrès environnemental

A l’heure où l’idéologie de la décroissance murmure dans l’esprit de l’humanité son besoin de s’implanter, je souhaiterais vous parler d’une vision de croissance et de progrès perpétuels.

Car en réalité, en écologie rien ne décroit vraiment, bien au contraire l’évolution est un facteur premier que chaque forme vivante et « non vivante » applique en tout temps.

Des premiers atomes et molécules aux bactéries, des premiers organismes marins jusqu’à la multitude de diversités des espèces qui composent actuellement notre écosystème, nous pouvons constater ce que l’Histoire du vivant et de la Terre recèle d’assemblages et d’évolutions complexes et constantes.

Mais pourquoi alors que la vie cherche l’évolution constante, nous devrions, nous, décroître pour prospérer?

Il s’agit en fait de voir le progrès d’une toute nouvelle manière, dans la volonté de créer des liens adaptatifs et résilients avec notre environnement global.

Des erreurs et des leçons

L’Homme depuis les premières religions monothéistes (juste après l’Animisme, le Chamanisme et le Polythéisme) a commencé à séparer la notion de nature et de culture.

C’est une des erreurs fondamentales que nous avons pu faire.

La nature ne peut en aucun cas être maîtrisée.

L’observation et l’écoute attentive de nos écosystèmes nous montrent au contraire que la complexité des liens, des interactions et des processus naturels qui créent tout le vivant autour de nous et en nous ne peut être maîtrisé, contrôlé ou synthétisé de manière artificielle.

Bien au contraire, en vue de l’implication et des conséquences de chaque modification que nous pouvons créer, il semble clair que notre seul pouvoir est de comprendre au mieux pour ainsi valoriser les forces naturelles déjà présentes dans une optique de syntropisation.



Définition de la syntropie :


La syntropie en physique et un élément vivant ou non vivant simple et qui par interactions riches avec son milieu se complexifie afin d’évoluer continuellement de manière significative. 



Une autre perception

Imaginons un instant un monde où les forêts poussent allègrement et ceci autant en ville que dans les régions les plus reculées.

Où les compteurs statistiques ne montrent qu’une évolution exponentielle de la biodiversité et où chaque jour de nouvelles espèces se découvrent, tant l’abondance évolutive pousse les espèces à se doter de nouvelles facultés.

C’est effectivement le monde à l’envers, oui!

Mais l’Homme peut tout à fait inverser les tendances et vivre en symbiose avec son milieu d’origine qui le nourrit et lui offre un terrain favorable à sa prospérité.

La symbiose du vivant

La symbiose est une caractéristique de coopération naturelle qui est un pilier fondateur de toute évolution et de tout le vivant.

Par un jeu subtil et riche d’intérêts communs, les formes de vies différentes décident d’une manière ou d’une autre de se regrouper pour créer des liens, des collaborations, voir même de fusionner afin de former des réseaux et des organismes plus grands alliant les caractéristiques et facultés de chacun.

Nos cellules en sont un bel exemple et nos sens, nos organes, notre organisme au complet ainsi que tous les autres ne sont que des assemblages issus de la symbiose avec tant de différents organismes depuis les premières molécules abiotiques apparues sur Terre.

Tissus d’homéostasie

L’agroécologie forestière syntropique vise par cette compréhension à redynamiser une évolution humaine et écologique dans le but de valoriser la biodiversité et la place essentielle de chaque espèce au sein de ce grand équilibre.

Car nous savons maintenant qu’à partir de presque rien, tout peut se faire. L’Humanité est actuellement face à un choix de survie : celui de modifier pleinement son fonctionnement pour se réadapter à son milieu de vie ou disparaître progressivement par manque de compréhension et d’adaptation.

L’intelligence de manière universelle c’est la faculté d’une espèce à pouvoir s’adapter à son milieu de manière durable.

Cohen Eliot

N’hésitez pas à découvrir notre projet de jardin pilote “OASIS” à Madagascar avec l’Association locale MIFAMPITA

Un commentaire sur “L’agroécologie forestière syntropique

  1. Pingback: Oasis - Association Co3xist

Laisser un commentaire